La réanimation d’un enfant (âgé de 1 à 12 ans)

Qu’est-ce qu’une réanimation cardio-pulmonaire ?
Petite définition : Une réanimation cardio-pulmonaire (ou RCP) associe les compressions thoraciques (plus connues sous le terme de massage cardiaque) et une ventilation artificielle (la respiration par le bouche-à-bouche).

Nous allons ici aborder les gestes qui sauvent. Comment réagir face à un enfant inconscient, en arrêt cardiaque et pulmonaire ?

La présence d’oxygène est indispensable à la vie. L’arrêt de la respiration entraîne la mort de la victime très rapidement. L’arrêt de la respiration est toujours lié à une perte de conscience qui peut être dû à :

  • un étouffement, dont les manoeuvres de désobstruction ont été inefficaces,
  • une intoxication (médicaments, produits toxiques…),
  • une noyade,
  • un traumatisme,
  • une maladie.

COMMENT REAGIR ?

La méthode utilisée peut se résumer à : S S S – A B C.

S : Sécurité
S : appel au Secours
S : Stimuler
A : Air
B : Bouche à bouche
C : Coeur

Voyons en détail cette méthode :

S : Sécurité
Assurez votre sécurité et celle de l’enfant… Inutile de mettre votre vie en danger.
Placez la victime sur le dos, sur un plan dur, si elle n’est pas déjà dans cette position.

S : appel au Secours
Appelez à l’aide et criez au secours SANS QUITTER L’ENFANT. Si vous êtes seul(e), CE N’EST PAS LE MOMENT D’APPELER LES SECOURS PAR TELEPHONE !

S : Stimuler
Vous devez apprécier immédiatement l’état de conscience de l’enfant : observez la coloration de sa peau, appelez-le, donnez-lui un ordre simple pour voir s’il réagit.

A : Air
Commencez par dégager tout ce qui peut gêner la ventilation (dénudez la poitrine de l’enfant). Pour ouvrir les voies aériennes de l’enfant, basculez doucement sa tête et relevez son menton. Ayez une main sur le front et un doigt au menton.
Remarques :

  • au cas où l’enfant aurait du vomi dans la bouche, penchez sa tête sur le côté et, avec un doigt, videz-la de son contenu…
  • si un corps étranger est visible et accessible dans la bouche de l’enfant, essayez de l’enlever, sans le pousser plus loin.

B : Bouche à bouche
Contrôlez tout d’abord la respiration en observant l’enfant pendant 10 secondes. S’il ne respire pas, ni le ventre, ni la poitrine de la victime ne se soulèvent, aucun bruit n’est entendu et aucun souffle n’est perçu. Vous pouvez également prendre le pouls de l’enfant (carotides).

  • Si l’enfant respire spontanément et de manière efficace, surveillez-le et appelez les secours.
  • Si l’enfant ne respire pas, ou ne respire pas de façon normale, commencez la ventilation assistée (le bouche à bouche).

réanimation de l'enfant : bouche-à-bouche

Pratiquez immédiatement 5 insufflations par le bouche à bouche. Chaque insufflation entraîne un soulèvement de la poitrine. Si le thorax ne se soulève pas, repositionnez la tête de l’enfant en relevant son menton et réessayez.
Vérifiez ensuite les signes de vie (il bouge, tousse, gémit…). Si l’enfant a repris connaissance, appelez les secours et continuez les insufflations si nécessaire.
Si l’enfant ne bouge toujours pas, passez au point C.

C : Coeur
Commencez les compressions thoraciques, pour cela :

  • Déterminez la zone d’appui de la façon suivante : repérez le creux situé en haut du sternum (à la base du cou) et le creux où les côtes se rejoignent (en bas du sternum) pour déterminer le milieu du sternum.
  • Placez le « talon » d’une main juste en-dessous du milieu repéré, c’est-à-dire sur le haut de la moitié inférieure du sternum. Bien relever les doigts pour ne pas appuyer sur les côtes.
  • Placez-vous bien au-dessus de l’enfant, à la verticale de sa poitrine, et avec le bras tendu comprimez le sternum (environ 3 à 4 cm).
  • Toutes les 15 compressions, intercalez 2 insufflations. Effectuez cela 4 fois.

Réanimation : compression thoracique nourrisson

Le thorax doit reprendre ses dimensions initiales après chaque compression (pour que l’efficacité des compressions thoraciques soit maximale). Le passage des insufflations aux compressions et des compressions aux insufflations doit être effectué aussi rapidement que possible, sous peine de diminuer l’efficacité de la réanimation cardio-pulmonaire.

Après 1 minute de réanimation, soit 4 séries de 15 compressions/2 insufflations :

APPELEZ LES SECOURS : 112

  • Donnez votre nom et votre adresse
  • Expliquez la nature des faits : enfant, état de la victime…
  • Ne pas raccrocher avant de s’être assuré que l’information a bien été comprise !

Après votre appel au secours : en l’absence de signes de vie, CONTINUEZ LA REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE JUSQU’A L’ARRIVEE DES SECOURS (toujours des séries de 15 compressions/2 insufflations et ainsi de suite…).

Pour finir, je vous invite à regarder cette vidéo qui vous montre en images les bons gestes à faire sur un enfant, mais aussi sur un bébé.

 

 

Attention ! les conseils ci-dessus ne remplacent pas une formation au secourisme dispensée par un organisme agréé ou une association habilitée. Seule une telle formation vous permettra de pratiquer le secourisme avec un maximum d’efficacité et de sécurité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.