Quelques nouvelles de la Journée de manif’ des Accueillantes d’enfants du 03/02/14

Quelques nouvelles de la Journée de manif’ des Accueillantes d’enfants du 03/02/14

Je me permets de relayer les news transmises ce jour par mon service sur la manifestation d’hier à Bruxelles, n’ayant pu moi-même y assister.

—————————-

Bonjour,

La journée d’action de ce lundi 3 février a été une réussite !

Plus de 200 accueillantes, après avoir fait le tour des sièges des partis francophones (avec distribution de crêpes, symbole de retournement de position, de promesse non tenue), se sont rassemblées autour du plus connu des petits enfants belges : MANNEKEN PIS !

Elles ont construit un parc autour de lui et ont illustré le slogan suivant :

– Faute de statut, moins d’accueillantes
– Faute d’accueillantes, parquez vos enfants !

Nollet et De Coninck se sont symboliquement lancés les bébés (assurant que la faute du blocage est chez l’autre), avant de les lancer dans le parc, seule solution pour les parents.

Après midi, c’est devant 150 accueillantes que les représentants des partis ont dû venir s’expliquer.
Benoît Drèze (CDH), Muriel Gerkens (Ecolo), Sophie Pécriaux (PS), Florence Reuter (MR) et Laurent Monniez (chef de cabinet du ministre Nollet) ont répondu aux interpellations des accueillantes, se plaignant de leur situation intenable, de la fuite des jeunes, mais aussi de l’immobilisme politique !

TOUS les représentants des partis se sont engagés à défendre le statut complet dans la prochaine déclaration gouvernementale, certains annonçant qu’ils en faisaient un top dans leurs priorités (CDH), d’autres visant un phasage (PS).

A la question de savoir où ils allaient trouver les sous en Fédération Wallonie Bruxelles, alors qu’ils ont été incapables d’en trouver au Fédéral (qui a beaucoup plus de moyens), chacun s’est engagé en disant que s’ils disaient que c’était une priorité, il faudrait trouver les moyens (p. ex. en allant les chercher dans les intérêts notionnels, ou encore les titres services ou les aides à l’emploi…).

Les accueillantes sont parties peu rassurées sur la capacité réelle des partis à respecter cette fois-ci leurs engagements (plus que les autres fois), mais plus que jamais déterminées à ne pas laisser les politiques tranquilles jusqu’aux élections.

UN STATUS QUO, NON
UN STATUT COMPLET, OUI !

—————————-

Affaire à suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top